L’Espion qui m’aimait: Alberto Spadolini à la cour de Joséphine Baker

Un enseignant retrouve dans un grenier un paquet rempli, du moins en apparence, de vieux papiers sans importance. Il s’agit de tout autre chose : photos, courriers, articles de presse de l’époque, témoignages … Ainsi commence l’extraordinaire redécouverte de Alberto Spadolini (Ancône 1907 – Paris 1972), artiste émigré en France au début des années trente. Il fut à la fois danseur, chorégraphe, scénographe, peintre et décorateur de théâtre, acteur et metteur en scène, dialoguiste, poète, journaliste, illustrateur, chanteur, restaurateur … et résistant pendant la guerre. Un aspect peu connu de la vie de Spadolini est lié à son grand amour pour Joséphine Baker …